La cité antique: Étude sur le culte, le droit, les institutions de la Grèce et de Rome

La cité antique: Étude sur le culte, le droit, les institutions de la Grèce et de Rome

Language: French

Pages: 498

ISBN: 0543923347

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


This Elibron Classics book is a facsimile reprint of a 1881 edition by Hachette et Cie, Paris.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

antique organisation de la famille ; on ne trouve plus de traces du régime patriarcal, plus de vestiges de noblesse religieuse ni de clientèle héréditaire ; on ne voit que des guerriers égaux sous un roi. Il est donc probable qu’une première révolution sociale s’était déjà accomplie, soit dans la Doride, soit sur la route qui conduisit ce peuple jusqu’à Sparte. Si l’on compare la société dorienne du neuvième siècle avec la société ionienne de la même époque, on s’aperçoit que la première était

acheter ; et il composa seul le Sénat, parce qu’il fallait un cens très élevé pour être sénateur. Ainsi l’on vit se produire ce fait étrange, qu’en dépit des lois qui étaient démocratiques, il se forma une noblesse, et que le peuple, qui était tout-puissant, souffrit qu’elle s’élevât au-dessus de lui et ne lui fit jamais une véritable opposition. Rome était donc, au troisième et au second siècle avant notre ère, la ville la plus aristocratiquement gouvernée qu’il y eût en Italie et en Grèce.

regnante gentili, Tusculanes, I, 16), et qu’un certain Verrucinus était presque le gentilis de Verrès (In Verrem, II, 77). 301- Démosthène, In Macart., 79. Pausanias, I, 37. Inscription des Amynandrides, citée par Ross, p. 24. 302- Festus, vis Cœculus, Calpurnii, Clœlia. 303- Tite-Live, II, 46 : Genus Fabium. 304- Philochore, dans les Fragm. hist. græc., t. I, p. 399 : Γεννῆται, οἱ ἑϰ τοῦ αὐτοῦ τῶν τριάϰοντα γένων, οὓς ϰαὶ πρότερόν ϕησι Φιλόχορος ὁμογάλαϰτας ϰαλεῖσθαι. – Pollux, VIII, 11 : Οἱ

l’empire sur les volontés individuelles et de rendre les hommes heureux. Je ne vous énumérerai pas, Messieurs, toutes les difficultés que je rencontrais ainsi. C’était une suite de problèmes insolubles. Cette histoire, même dans ses faits les plus avérés, me paraissait incompréhensible, et cependant le mystère tentait ma curiosité. Je me décidai alors à ne plus avoir d’autres maîtres sur la Grèce que les Grecs, sur Rome que les Romains, et je résolus courageusement de lire les écrivains

fils, soumis à votre puissance, a commis un délit, l’action en justice est donnée contre vous. Le délit commis par un fils contre son père ne donne lieu à aucune action en justice265. » De tout cela il résulte clairement que la femme et le fils ne pouvaient être ni demandeurs, ni défendeurs, ni accusateurs, ni accusés, ni témoins. De toute la famille, il n’y avait que le père qui pût paraître devant le tribunal de la cité ; la justice publique n’existait que pour lui. Aussi était-il responsable

Download sample

Download